Author: WebAdmin17

EVENEMENT DU 15 JUIN 2018 – UNIC PARLEMENT EUROPEEN

Invitation – EVENEMENT DU 15 JUIN 2018 – PARLEMENT EUROPEEN

RD CONGO : RENCONTRE DES NOUVEAUX LEADERS

L’IMPORTANCE DE LA DIASPORA CONGOLAISE POUR LA REPUBLIQUE DEMOCRATIQUE DU CONGO (RDC)

Nouveau leadership efficace et crédible

 

Événement

Lieu Rue Wiertz 60- B 1047 Bruxelles, Belgique
Date 15 juin 2018
Heure 10:00 am – 12:00 pm
Entrée Gratuite sur réservation (obligatoire)
Date limite d’inscription Vendredi 8 juin 2018 (sécurité oblige)

 

 

La crise politique et le marasme économique dans lesquels est plongée la République Démocratique (RDC), ne laisse entrevoir que très peu d’espoir sur le dénouement de celle-ci malgré la promesse des élections de décembre 2018. Le statut de la Diaspora la plus active au monde est reconnue comme étant celle de la RDC. C’est une population estimée à plus de 2-7 millions éparpillée sur les 5 continents. Sa contribution à l’économie du pays [la moitié du PIB] a avoisiné les $9 milliards (US) en 2011 [Source : www.un.org/africarenewal].

Après 2-3 décennies de vécu en démocratie dans les pays occidentaux, cette Diaspora possède en son sein, une génération d’adultes expérimentés – joignant la culture africaine à celle des pays hôtes – ainsi qu’un creuset de toute une génération des jeunes totalement formés – culturellement, scientifiquement et sociologiquement au monde moderne où ils vivent.

La Diaspora congolaise n’a non seulement offert une résistance farouche à la dictature et aux oppressions y affèrent, mais elle a été capable de contribuer aux économies des pays hôtes par leur travail. La jeunesse congolaise de la Diaspora est viscéralement rattachée à leur pays d’origine. Elle est multiculturelle et constitue une jonction entre leur pays de naissance et la RDC.

Le retour au pays a toujours constitué un moment inoubliable de leur vie. Tous, ils déplorent la situation chaotique de la RDC. Ils se sont activés dans les associations et autres organisations non gouvernementales. Ils ont démontré la nouvelle vision et l’espoir que regorge l’avenir du Congo.

Si vous êtes un des leaders de la Diaspora Congolaise, prêt à vous faire connaitre, répondez à l’appel de l’UNITE. Inscrivez-vous (Date limite le vendredi 8 juin 2018)

LE MOUVEMENT DE L’UNITE CONGOLAISE

 

Contacts : Nicole: (+32) 0465.819.269 – Coco: (+32) 0465.719.979 Pierrot: (+32) 0466.162.947

UNIC’S REACTION TO THE PUBLICATION OF THE ELECTORAL COMMISSION CALENDAR

PRESS RELEASE

MOVEMENT OF THE CONGOLESE UNITY

Washington, Wednesday, November 8, 2017 – UNIC has carefully followed the publication of the electoral calendar, and after analysis, it believes that this electoral calendar did not deny what the Congolese people as a whole feared.
In view of the details stated, it appears that this calendar badly tied up by the office of the presidential majority is enameled of a well orchestrated blur and a disorderly timing unfolding the impression of a process just being engaged. While he is more than 28 months late.
UNIC strongly rejects this electoral calendar with the appearance of a democratic illusion. It is indeed the powder in the eyes but no longer deceives anyone. A diplomatic and media formality for the dictator.
It is absurd to extend the mandate of the five-year-old to prepare for the elections, and to do nothing to nurture democratic vitality in our political space. And despite the 2 free years that were granted to him, Kabila brought up a calendar accompanied by the conditions for its materialization.
It is also unacceptable to go back to Kabila’s logic of considering democracy as a decoration to embellish one’s power.
In a normal state with a pluralistic democracy, the electoral process begins the day after a final electoral cycle. Kabila has had plenty of time to do it. Any wise observer would agree with us that Kabila has no intention of allowing democracy to express itself in our space.
The CENI reiterates the publication of an agenda already published in February 2015, then renewed after the Tshatshi military camp dialogues in October 2016, cemented by the “slip” agreements of December 31, 2016. Mr. Corneil Naanga publishes a calendar that demonstrates that the 504 days announced are incompressible.

A published program means absolutely nothing.

Only its effective application will prove its implementation. Joseph Kabila will never do it. He wants to drag himself to power by humiliating and blocking the fate of a whole nation.
Faced with such an attitude of disregard for the Congolese people and the entire international community, UNIC urges the Congolese friends to lend a hand to the Congolese people in the application of Article 64 which
“imposes the fight against any individual or group of individual that exercises or maintains power by force. “
From the foregoing, UNIC urges all those who have subscribed to the agreements of the city of OAU and those of the CENCO to setback for recovering and not to respond to any new initiatives coming from this corrupted, dying and finishing regime excelling in lies and human rights abuses.
To the Congolese people, the UNIC is launching a vibrant patriotic call to take its destiny into its own hands.
Stand up and say KABILA MUST GO NOW. IMMEDIATELY !!

REACTION DE L’UNIC CONCERNANT LE CALENDRIER ELECTORAL DE LA CENI

COMMUNIQUE DE PRESSE

Mouvement de l’Unité Congolaise

Washington, ce mercredi 8 novembre 2017  – L’UNIC a suivi avec attention la publication du calendrier électoral, et après analyse, elle estime que ce chronogramme électoral n’a pas démenti ce que le peuple congolais dans son ensemble redoutait.

Au regard des détails énoncés, il appert que ce montage mal ficelé par l’officine de la majorité présidentielle se trouve émaillé d’un flou bien orchestré et d’un timing désordonné déroulant l’impression d’un processus venant à peine d’être enclenché. Alors qu’il accuse plus de 28 mois de retard.

L’UNIC rejette avec force ce calendrier électoral à l’allure d’illusion démocratique. Il s’agit bien de la poudre aux yeux mais qui ne trompe plus personne. Une formalité diplomatique et médiatique pour le dictateur.

Il est absurde de prolonger encore le mandat de celui qui a eu 5 ans pour préparer les élections, et qu’il n’a rien fait pour nourrir la vitalité démocratique dans notre espace politique. Et malgré les 2 ans qui lui ont été accordés gratuitement, Kabila nous revient avec un calendrier assorti des conditions pour sa matérialisation.

Il est aussi inacceptable de rentrer dans la logique de Kabila de considérer la démocratie comme étant un décor pour embellir son pouvoir.

Dans un Etat normal, à démocratie pluraliste, le processus électoral s’enclenche dès le lendemain d’un cycle électoral finissant. Kabila a eu tout son temps pour le faire.  Tout observateur averti conviendrait avec nous pour dire que Kabila n’a nullement l’intention de laisser la démocratie s’exprimer dans notre espace.

La CENI réitère la publication d’un agenda déjà publié en février 2015, ensuite reconduite après les dialogues du camp militaire Tshatshi en octobre 2016, cimenté par les accords « de glissement » du 31 décembre 2016. M. Corneil Naanga publie un calendrier qui démontre que les 504 jours annoncés sont incompressibles.

Un programme publié ne signifie absolument rien.

Seul son application effective prouvera son implémentation. Joseph Kabila ne le fera jamais. Il veut s’éterniser au pouvoir en humiliant et bloquant le destin de toute une nation.

Devant une telle attitude de mépris du peule congolais et de l’ensemble de la communauté internationale, UNIC exhorte, les amis du Congo de prêter main forte au peuple congolais dans l’application de l’article 64 qui « impose de combattre tout individu ou groupe qui exerce ou se maintien au pouvoir par la force. »

De ce qui précède, l’UNIC exhorte tous ceux qui avaient souscrit aux accords de la cité de l’OUA et ceux de la CENCO de se ressaisir et de ne plus répondre aux initiatives venant de ce régime corrompu, agonisant et finissant qui excelle en matière de mensonge et des abus des droits de l’homme.

Au peuple congolais, UNIC lance un vibrant appel patriotique l’invitant à prendre son destin en main.

Se soulever et dire KABILA DEGAGE. IMMEDIATEMENT !!

Batir-un-pays-plus-beau-qu-avant
Batir-un-pays-plus-beau-qu-avant

Kerry urges DR Congo’s Kabila to respect term limits

05/04/2014 17:21 GMT

By Nicolas REVISE, Marc JOURDIER

KINSHASA, May 4, 2014 (AFP) – US Secretary of State John Kerry on Sunday urged DR Congo’s 42-year-old President Joseph Kabila to respect constitutional term limits and not seek re-election in 2016.

“I believe that it is clear to him (Kabila) that the United States of America feels very strongly, as do other people, that the constitutional process needs to respected,” Kerry said after talks with Kabila in Kinshasa.

“He’s a young man with an enormous amount of time to be able to continue to contribute to his country.”

US special envoy to the Great Lakes region Russ Feingold went further, saying “we don’t want” Kabila to change the constitution or seek a third term.

“What Africa needs is not strongmen but strong institutions,” said Feingold, who is accompanying Kerry on his trip focusing on some of Africa’s most brutal conflicts.

Kabila became Africa’s youngest leader at 29 when he was propelled into office after the death of his father in 2001 at the height of a civil war that became known as “Africa’s Great War”.

Kabila’s father Laurent-Desire Kabila had led a rebel movement in the vast former Belgian colony that overthrew the dictator Mobutu Sese Seko in 1997.

The young Kabila won elections in 2006 and 2011 amid cries of foul play, and many in the opposition fear that Kabila’s inner circle is hoping he will seek a third term. (READ MORE…)

RDC: près de 3 millions des déplacés ont besoin d’aide humanitaire, selon MSF

Environ trois millions de déplacés ont besoin d’aide humanitaire à travers toute la RDC. C’est ce que révèle le rapport annuel de Médecins sans frontière (MSF), intitulé «l’urgence au quotidien: souffrance silencieuse en RDC», publié lundi 3 mars à Kinshasa. Dans ce document, cette organisation demande au gouvernement congolais et aux bailleurs des fonds de prendre en charge de manière adéquate les besoins médicaux humanitaires des personnes qui ont été contraintes de quitter leurs maisons pour fuir la guerre.

Les conflits armés persistants dans l’Est de la République, depuis près de 20 ans, ont causé des crises humanitaires et des épidémies répétées.

Actuellement, une infime partie de personnes frappées par cette crise accèdent aux soins de santé, indique ce rapport.

Selon ce rapport, le Katanga, le Nord-Kivu, le Sud-Kivu et la Province Orientale sont des zones à haut risque avec un grand nombre de déplacés hors de portée de l’assistance humanitaire, luttant pour trouver de la nourriture et à boire.

Gratuité effective des soins de santé

MSF estime que plusieurs centaines de décès auraient pu être évitées dans le pays. Et de nombreux pouvaient accéder aux soins. Mais certains facteurs aggravent la situation. Il s’agit notamment, selon lorganisation, du coût des soins de santé et des frais imposés par les structures sanitaires officielles alors qu’« en théorie, le système de santé national garantit la gratuité des soins en situation d’urgence ».

Les gens sont contraints de payer, même s’ils vivent dans une zone de guerre, écrit MSF dans ce rapport.

L’ONG dénonce le fait que l’aide aux personnes déplacées ne soit accessible qu’à une petite partie de la population ayant réussi à rejoindre les camps situés près des centres urbains. Et même dans ces camps, la distribution de la nourriture et des produits essentiels est irrégulière et généralement insuffisante pour répondre aux besoins réels de ces populations, ajoute MSF.

L’organisation accuse les organisations humanitaires d’opérer dans un système rigide, ne permettant pas une réponse rapide et adéquate aux besoins les plus importants.