Category: Analyse politique

EVENEMENT DU 15 JUIN 2018 – UNIC PARLEMENT EUROPEEN

Invitation – EVENEMENT DU 15 JUIN 2018 – PARLEMENT EUROPEEN

RD CONGO : RENCONTRE DES NOUVEAUX LEADERS

L’IMPORTANCE DE LA DIASPORA CONGOLAISE POUR LA REPUBLIQUE DEMOCRATIQUE DU CONGO (RDC)

Nouveau leadership efficace et crédible

 

Événement

Lieu Rue Wiertz 60- B 1047 Bruxelles, Belgique
Date 15 juin 2018
Heure 10:00 am – 12:00 pm
Entrée Gratuite sur réservation (obligatoire)
Date limite d’inscription Vendredi 8 juin 2018 (sécurité oblige)

 

 

La crise politique et le marasme économique dans lesquels est plongée la République Démocratique (RDC), ne laisse entrevoir que très peu d’espoir sur le dénouement de celle-ci malgré la promesse des élections de décembre 2018. Le statut de la Diaspora la plus active au monde est reconnue comme étant celle de la RDC. C’est une population estimée à plus de 2-7 millions éparpillée sur les 5 continents. Sa contribution à l’économie du pays [la moitié du PIB] a avoisiné les $9 milliards (US) en 2011 [Source : www.un.org/africarenewal].

Après 2-3 décennies de vécu en démocratie dans les pays occidentaux, cette Diaspora possède en son sein, une génération d’adultes expérimentés – joignant la culture africaine à celle des pays hôtes – ainsi qu’un creuset de toute une génération des jeunes totalement formés – culturellement, scientifiquement et sociologiquement au monde moderne où ils vivent.

La Diaspora congolaise n’a non seulement offert une résistance farouche à la dictature et aux oppressions y affèrent, mais elle a été capable de contribuer aux économies des pays hôtes par leur travail. La jeunesse congolaise de la Diaspora est viscéralement rattachée à leur pays d’origine. Elle est multiculturelle et constitue une jonction entre leur pays de naissance et la RDC.

Le retour au pays a toujours constitué un moment inoubliable de leur vie. Tous, ils déplorent la situation chaotique de la RDC. Ils se sont activés dans les associations et autres organisations non gouvernementales. Ils ont démontré la nouvelle vision et l’espoir que regorge l’avenir du Congo.

Si vous êtes un des leaders de la Diaspora Congolaise, prêt à vous faire connaitre, répondez à l’appel de l’UNITE. Inscrivez-vous (Date limite le vendredi 8 juin 2018)

LE MOUVEMENT DE L’UNITE CONGOLAISE

 

Contacts : Nicole: (+32) 0465.819.269 – Coco: (+32) 0465.719.979 Pierrot: (+32) 0466.162.947

L’ONU NE DOIT PAS CONTINUER A TRAHIR LA RDC

UNIC – TOUTE RESOLUTION INCLUANT JOSEPH KABILA DEMONTRERA LA COMPLICITE DE L’ONU DANS LE GENOCIDE DE 12 MILLIONS DES CONGOLAIS

 LETTRE AUX CHEFS D’ÉTATS ASSISTANT A LA SESSION ANNUELLE DE L’ASSEMBLÉE GÉNÉRALE DES NATIONS UNIES EN 2017

AU NOM DU PEUPLE CONGOLAIS

Washington, 17 septembre 2017 : L’ONU doit arrêter de trahir la nation qui a motivé l’existence de « l’Organisation des Nations Unies » en offrant le noyau de la bombe nucléaire qui a arrêté la deuxième guerre mondiale.
Pour mener à l’extermination du peuple congolais, depuis 21 ans – près de 12 millions des morts – Après avoir observé l’invasion de la RDC par ses voisins du Rwanda et de l’Ouganda, un semblant de guerre régionale opposant théâtralement six pays – le pillage systématique des ressources du pays, à l’Est au Sud du pays (Zimbabwe, Angola, Afrique du Sud) ont dépassé tout entendement. Les infrastructures sont démolies, l’état anéanti, l’armée, les services de sécurité, infiltré puis décapités, plus de 20,000 pilleurs envoyés pour maintenir le statuquo.
Une résolution de l’ONU a imposé à la RDC est un embargo sur les achats d’armes. Cela a permis d’organiser son pillage en toute sérénité.
L’armée infiltrée. Le service d’intelligence inexistant. Les finances de l’état totalement saigné à blanc, par le pillage, le vol et la corruption généralisée.

L’ONU trahit la RDC

Depuis notre accession à l’indépendance en 1960, L’ONU n’a pas réussi à pacifier la RDC. L’ONU a souvent produit des résolutions qui ne correspondent pas aux attentes du peuple congolais.
La nation congolaise n’existe plus.
Les étrangers viennent défendre les intérêts de leurs nations (contre) ce pays. Ils sont écoutés. Considérés. Parce que le monde accepte la diversité et toute opposition à la notion de revendication de l’appartenance nationale est taxée de xénophobie.
Peut-on parler de xénophobie dans un pays, ou 425 tribus, forment une nation – dont seule l’unité nationale acquise sous les 32 ans de dictature du Maréchal Mobutu, a permis la non-dislocation ?
Il n’y a pas de résolution à prendre, pour un pays où vous avez échoué sur tous les plans. Toutes les résolutions prises ont servi les forces d’occupation à maintenir 80 millions d’hommes et des femmes dans une misère incommensurable.
Il n’y a pas de résolution à prendre, le peuple congolais veut un changement de régime. Le peuple congolais veut appliquer l’article 64 de sa constitution.
Il n’y a pas de résolution à prendre lorsqu’un stade rempli de plus de 80,0000 personnes, demande à Dieu la mort de celui qui les préside, de force, et contre leur volonté- à la destinée de cette grande nation qu’il ne représente plus.
Il n’y a pas de résolution à prendre lorsque tous les dialogues préconisés à ce régime sanguinaire ont conduit aux assassinats, abus des droits humains de toute sorte. La résolution à prendre c’est la libération de tous les criminels condamnes a morts dans tous les pays membres du Conseil de sécurité de l’Onu, car aucun criminel présent dans les couloirs de la mort, en France, aux Etats-Unis, en Angleterre, en Allemagne, en Chine ou dans la Fédération Russe n’a tué autant que Joseph Kabila.
Il n’y a pas d’autre résolution à prendre que d’arrêter cet homme dont le mandat est terminé et dont la présence à New York, dans cette assemblée, n’a aucune légitimité. Quatre-vingt (80) fausses communes au Kasaï, 525 corps dans le charnier de Maluku en plus de 140 victimes reconnues officiellement par le régime de Kabila a Kinshasa, deux agents de l’ONU assassinés en toute impunité.
Cette session de l’assemblée générale des nations unies devrait être placée sous le signe de l’impunité et du non-respect des constitutions.
Aucune nation ne se fait représenté par un ex-président. Sauf la RDC.
Nous voulons rassurer le monde que la peur du lendemain, ne se justifie pas. Après Joseph Kabila, nous sommes prêts à relever le défi de la reconstruction de ce pays. C’est la première fois qu’une génération des congolais qui aspirent à diriger leurs pays, ont passés plus de deux décennies de leurs vies dans les pays développés, imprégnés de la culture du respect des libertés individuelles, l’esprit du développement économique, social et culturelle, profondément ancré est une gage d’un avenir meilleur pour le monde entier.
La RDC contribue énormément à la croissance de l’économie mondiale. Cultiver la haine dans les cœurs des congolaises et des congolais ne servirait pas la paix dans le monde. Une nouvelle génération se prépare à adopter les méthodes de terrorisme qui se répandent partout les injustices deviennent intolérables, inacceptables.
L’application de l’article 64 de la constitution congolaise préconise le soulèvement populaire comme le seul dialogue qui reste avec ce dictateur Joseph Kabila.

Joseph Kabila est convaincu d’être invincible comme Goliath.

Votre ingérence humanitaire est souhaitée dans le rétablissement de l’ordre constitutionnel en République Démocratique du Congo.
Dr Georges Makita Alula, President
Le Mouvement de l’unité Congolaise – UNIC

Pas d’accès à l’eau potable: échec de la révolution de la modernité

La série de la révolution de la modernité continue.

On m’accuse de mauvaise foi et de sorcier parce que je parle concrètement de la vie des gens tant à Kinshasa qu’au Congo profond. Mon seul péché, c’est d’être du côté des démunis, c’est de relater la vraie vie de la population, c’est de mettre le doigt sur le quotidien misérable de notre peuple, c’est d’évoquer la souffrance de nos compatriotes, au moment où certains courtisans et choristes de l’église Kingakati osent abreuvoir l’opinion publique en récital qui frise l’injure et le mépris “que le quotidien du peuple congolais s’est considérablement amélioré”.

Après la première réalité de la série modernité sans électrification, apparaît le deuxième feuilleton du quotidien intenable et misérable portant sur la modernité sans accès à l’eau potable. Oui comme le disait camarade Viany Efuli, au Congo, la modernité est en souffrance.

Le Congo, pays béni par Dieu, regorgeant une hydrographie incommensurable, se retrouve dans une réalité où le régime en place est incapable de donner de l’eau potable à son peuple. L’eau de robinet est devenu un luxe. A Kinshasa, ne parlons même pas de l’arrière pays, Il y a des communes qui ne sont plus desservies depuis belle lurette. Gravissime demeure la qualité de l’eau qui est distribuée là où le robinet coule encore. Il s’agit de l’eau qui vient directement du fleuve sans être purifiée car le régime en place n’exprime aucune volonté d’acheter des produits de traitement d’eau. Et l’on s’étonne de la recrudescence de certaines maladies qui posent le problème de santé publique.

A kinshasa, il y a la situation de la dualité quant à l’approvisionnement de l’eau:

-Les plus aisés s’approvisionnent non seulement de l’eau en bouteille pour soulager leur soif mais aussi du système de l’installation de pompage pour eau de pluie et puits pour approvisionnement en eau sous pression des maisons à partir de puits et citernes.
-Les plus démunis s’alimentent de l’eau empoisonnée et non traitée par de système de forage traditionnel sans protection.Cette catégorie majoritaire, avec un peu de moyen et croyant trouver l’astuce d’échapper à la thyphoïde, se procure de l’eau en sachet, une situation de dépannage qu’on appelle l’eau pure, que les kinois disent communément”eau pi” dont on ne connaît ni sa source ni comment elle a été traitée.

En conclusion, dites-nous où serait la révolution de la modernité dans ces conditions de vie? Ils m’ont dit que le quotidien de la population s’est considérablement améliorée.

Deux maladies en recrudescence: l’insuffisance rénale car on ne boit pas assez faute des moyens d’acheter de l’eau en bouteille et la thyphoïde, maladie liée au vrai problème de la santé publique.
Peut-on qualifier cette situation des signes d’amélioration de la qualité de vie de la population?

L’échec de la modernité

Encore et toujours la révolution de la modernité.

A quoi sert la S.N.E.L? Où serait la modernité lorsque le taux de mortalité par électrocution dans la voie publique est plus élevé que celui par usage domestique?

Les cabines électriques ouvertes et sans sécurité, les câbles électriques visibles dans la voie publique….Quand il pleut, les câbles sont immergées dans l’eau, invisibles, et tout le monde est scotché à la maison de peur d’être électrocuté.

Mais que faire? Il faut absolument quitter la maison à la quête de quoi manger dès lors les malchanceux tombent dans ce piège de la modernité, le bassin d’orage de circonstance et perdent la vie par électrocution.

Merci pour votre révolution de la désolation et le peuple vous en serait reconnaissant.

La révolution de la désolation

Réfléchissons simplement, n’allons pas dans la complexité des choses et disons vrai. Tout en étant en possession de notre esprit moderne, peut-on oser parler de la révolution de la modernité dans un pays où l’électricité est un luxe? La modernité peut-elle exister sans électrification? S’agit-il de la modernité ou de la primitivité ou de l’anéantissement d’un peuple ou de l’affaiblissement d’un pays?

Pour éclairer notre lanterne, voici ma conclusion:

Dans les grandes villes, à force de délestage permanent, la dualité s’est installée. D’un côté, il y a les plus aisés qui utilisent des groupes électrogènes, et de l’autre côté existent les plus démunis qui sont réduits à l’utilisation des bougies, de lampe tempête à pétrole ou à huile pour s’éclairer.

Dans les coins les plus reculés de la RDC, tout se fait le jour et on dort à 18 heures sauf pour ceux qui ont eu l’ingéniosité de transformer une boîte de lait vide ou une bouteille en lampe tempête à huile ou à copal. Jugez vous même et dites nous s’il y a réellement de la modernité dans ce pays.

Difficile de devenir démocrate

Parfois psychologiquement, je le comprends. Je sais que c’est un exercice très difficile pour lui de se transformer en démocrate mais je pense qu’il fera semblant de l’être en quittant le pouvoir en 2016 à la fin de son mandat constitutionnel. Ne fut-ce que de faire semblant dans l’acte en passant la main en 2016 même si dans l’esprit il reste un dictateur. C’est vraiment trop lui demander mais il n’a pas de choix. Bye bye l’AFDL et sa progéniture et bonjour le Congo nouveau. Dura lex sed lex.

 

Dégâts collatéraux

L’énervement a atteint le paroxysme au sein de la majorité présidentielle, d’où le lynchage médiatique sans précédent à l’égard de monsieur Kengo, Président du Sénat, deuxième personnalité de l’Etat congolais. Que l’on aime ou pas, Monsieur Léon kengo, en disant non à la révision constitutionnelle, a posé un acte patriotique salutaire pour le Congo. Dans sa plaidoirie “pro populus”, il a retrouvé sa marque d’ancien procureur général de la république que seul Marcus Tulius Cicero (Cicéron), de l’empire romain antique, connaissait le secret dans les 4 catilinaires, pro Murena etc… Oui, il a répondu à l’attente du peuple. Toute personne qui apporte sa pierre à la construction de notre édifice commun qu’est le Congo, doit être prise en considération. La deuxième personnalité de la république a lancé une missile balistique à courte portée qui a occasionné des dégâts collatéraux incommensurables notamment la déstabilisation du noyau stratégique du pouvoir kabiliste corollairement le retard de la “sortie annoncée imminente depuis 12 mois” du gouvernement de l’incohérence nationale. Un discours qui restera dans les annales de la république par sa haute importance. Bien accueilli par le peuple congolais ,et bien capté par la communauté internationale représentée au sein de l’hémicycle par le corps diplomatique, on parlera de ce discours assimilé à l’arme de destruction massive jusqu’à l’aube de 2016. J’applaudis le courage car il a rejoint le camp du peule dont Monsieur George Alula représente.

Le Congo débout?

Qui a dit que le Congo était débout? Décidément, Kabila n’arrête pas d’insulter le peuple congolais. Il a eu l’audace de dire à la face du monde que le Congo est maintenant débout. Ce Monsieur ne comprend pas les exigences de ses responsabilités. Dans un pays où le PIB/habitant est de l’ordre de moins de 100 dollars, et qu’il n’y aucune perspective d’industrialisation, on lui met en bouche une telle récitation. Je suis abasourdi mais cela renforce encore plus et davantage la détermination des congolais.

Quid de l’offense au peuple congolais?

Offense au chef de l’Etat à la mode!!! Quid de l’offense au peuple congolais? Au Congo, le pays dit démocratique, le champs d’application de la liberté d’expression est strictement limité par le mécanisme judiciaire de l’offense au chef de l’Etat.
L’on ne parle pas assez de l’offense au peuple congolais. Une énième offense au peuple congolais vient de s’ajouter sur la liste non exhaustive mais les auteurs de ce forfait ne sont pas inquiétés. Boshab et Kin-Kiey Mulumba doivent être radiés du corps professoral pour avoir trahi la rigueur scientifique, mais aussi, et surtout, pour avoir offensé le peuple congolais en traitant les 70 millions de congolais de nul et d’incapable de se prendre en charge CAR SEUL KABILA a les capacités tant psychiques qu’intellectuelles suffisantes pour diriger le Congo. C’est une injure de premier degré que subit le congolais dans son ensemble.
Le peuple congolais, qui se bat pour sa liberté, ne laissera pas ce pouvoir conservateur kabiliste de continuer à bafouer sa dignité. Le peuple congolais se mettra sur la route de tous ceux qui vont à l’encontre de sa volonté et de porter atteinte à sa dignité.

Le Congo vendu en pièces détachées

Notre pays le Congo est vendu en pièces détachées:
le gaz du lac kivu exploité par le Rwanda, le pétrole du lac Albert exploité par l’Ouganda, le pétrole du plateau littoral exploité l’Angola, les carrières de la Gécamines saucissonnées et exploitées par la Chine et autres, la forêt vendue aux Emirats, la Miba exploitée sauvagement par des mystérieuses sociétés étrangères, l’eau bientôt exploitée par la communauté internationale, les carrières des mines du Kivu notamment le coltan, l’or et autres minerais exploitées par le Rwanda via les groupes armés ….. l’armée infiltrée….le service des renseignements infiltré….le barrage d’Inga déjà vendu aux sud-africains et autres à cause de la mégestion de la SNEL…..le port de Matadi vendu récemment….la commune de la Gombe vendue psychologiquement aux indo-pakistanais avec des constructions des immeubles qui pilulent….la liste est longue. Qu’est-ce qui nous reste à nous congolais? Rien sauf bien sûr la distraction de deux camps qui s’affrontent présentement politiquement en somnolant avec le thème “pour ou contre la modification de la constitution”. Nous allons nous réveiller demain sans rien. Nous serons soit des apatrides soit des esclaves dans notre propre pays. Si pacifiquement on ne décante pas la situation alors agissons autrement.