La révolution de la désolation


Réfléchissons simplement, n’allons pas dans la complexité des choses et disons vrai. Tout en étant en possession de notre esprit moderne, peut-on oser parler de la révolution de la modernité dans un pays où l’électricité est un luxe? La modernité peut-elle exister sans électrification? S’agit-il de la modernité ou de la primitivité ou de l’anéantissement d’un peuple ou de l’affaiblissement d’un pays?

Pour éclairer notre lanterne, voici ma conclusion:

Dans les grandes villes, à force de délestage permanent, la dualité s’est installée. D’un côté, il y a les plus aisés qui utilisent des groupes électrogènes, et de l’autre côté existent les plus démunis qui sont réduits à l’utilisation des bougies, de lampe tempête à pétrole ou à huile pour s’éclairer.

Dans les coins les plus reculés de la RDC, tout se fait le jour et on dort à 18 heures sauf pour ceux qui ont eu l’ingéniosité de transformer une boîte de lait vide ou une bouteille en lampe tempête à huile ou à copal. Jugez vous même et dites nous s’il y a réellement de la modernité dans ce pays.