Month: October 2014

Pas d’accès à l’eau potable: échec de la révolution de la modernité

La série de la révolution de la modernité continue.

On m’accuse de mauvaise foi et de sorcier parce que je parle concrètement de la vie des gens tant à Kinshasa qu’au Congo profond. Mon seul péché, c’est d’être du côté des démunis, c’est de relater la vraie vie de la population, c’est de mettre le doigt sur le quotidien misérable de notre peuple, c’est d’évoquer la souffrance de nos compatriotes, au moment où certains courtisans et choristes de l’église Kingakati osent abreuvoir l’opinion publique en récital qui frise l’injure et le mépris “que le quotidien du peuple congolais s’est considérablement amélioré”.

Après la première réalité de la série modernité sans électrification, apparaît le deuxième feuilleton du quotidien intenable et misérable portant sur la modernité sans accès à l’eau potable. Oui comme le disait camarade Viany Efuli, au Congo, la modernité est en souffrance.

Le Congo, pays béni par Dieu, regorgeant une hydrographie incommensurable, se retrouve dans une réalité où le régime en place est incapable de donner de l’eau potable à son peuple. L’eau de robinet est devenu un luxe. A Kinshasa, ne parlons même pas de l’arrière pays, Il y a des communes qui ne sont plus desservies depuis belle lurette. Gravissime demeure la qualité de l’eau qui est distribuée là où le robinet coule encore. Il s’agit de l’eau qui vient directement du fleuve sans être purifiée car le régime en place n’exprime aucune volonté d’acheter des produits de traitement d’eau. Et l’on s’étonne de la recrudescence de certaines maladies qui posent le problème de santé publique.

A kinshasa, il y a la situation de la dualité quant à l’approvisionnement de l’eau:

-Les plus aisés s’approvisionnent non seulement de l’eau en bouteille pour soulager leur soif mais aussi du système de l’installation de pompage pour eau de pluie et puits pour approvisionnement en eau sous pression des maisons à partir de puits et citernes.
-Les plus démunis s’alimentent de l’eau empoisonnée et non traitée par de système de forage traditionnel sans protection.Cette catégorie majoritaire, avec un peu de moyen et croyant trouver l’astuce d’échapper à la thyphoïde, se procure de l’eau en sachet, une situation de dépannage qu’on appelle l’eau pure, que les kinois disent communément”eau pi” dont on ne connaît ni sa source ni comment elle a été traitée.

En conclusion, dites-nous où serait la révolution de la modernité dans ces conditions de vie? Ils m’ont dit que le quotidien de la population s’est considérablement améliorée.

Deux maladies en recrudescence: l’insuffisance rénale car on ne boit pas assez faute des moyens d’acheter de l’eau en bouteille et la thyphoïde, maladie liée au vrai problème de la santé publique.
Peut-on qualifier cette situation des signes d’amélioration de la qualité de vie de la population?

L’échec de la modernité

Encore et toujours la révolution de la modernité.

A quoi sert la S.N.E.L? Où serait la modernité lorsque le taux de mortalité par électrocution dans la voie publique est plus élevé que celui par usage domestique?

Les cabines électriques ouvertes et sans sécurité, les câbles électriques visibles dans la voie publique….Quand il pleut, les câbles sont immergées dans l’eau, invisibles, et tout le monde est scotché à la maison de peur d’être électrocuté.

Mais que faire? Il faut absolument quitter la maison à la quête de quoi manger dès lors les malchanceux tombent dans ce piège de la modernité, le bassin d’orage de circonstance et perdent la vie par électrocution.

Merci pour votre révolution de la désolation et le peuple vous en serait reconnaissant.

La révolution de la désolation

Réfléchissons simplement, n’allons pas dans la complexité des choses et disons vrai. Tout en étant en possession de notre esprit moderne, peut-on oser parler de la révolution de la modernité dans un pays où l’électricité est un luxe? La modernité peut-elle exister sans électrification? S’agit-il de la modernité ou de la primitivité ou de l’anéantissement d’un peuple ou de l’affaiblissement d’un pays?

Pour éclairer notre lanterne, voici ma conclusion:

Dans les grandes villes, à force de délestage permanent, la dualité s’est installée. D’un côté, il y a les plus aisés qui utilisent des groupes électrogènes, et de l’autre côté existent les plus démunis qui sont réduits à l’utilisation des bougies, de lampe tempête à pétrole ou à huile pour s’éclairer.

Dans les coins les plus reculés de la RDC, tout se fait le jour et on dort à 18 heures sauf pour ceux qui ont eu l’ingéniosité de transformer une boîte de lait vide ou une bouteille en lampe tempête à huile ou à copal. Jugez vous même et dites nous s’il y a réellement de la modernité dans ce pays.

Difficile de devenir démocrate

Parfois psychologiquement, je le comprends. Je sais que c’est un exercice très difficile pour lui de se transformer en démocrate mais je pense qu’il fera semblant de l’être en quittant le pouvoir en 2016 à la fin de son mandat constitutionnel. Ne fut-ce que de faire semblant dans l’acte en passant la main en 2016 même si dans l’esprit il reste un dictateur. C’est vraiment trop lui demander mais il n’a pas de choix. Bye bye l’AFDL et sa progéniture et bonjour le Congo nouveau. Dura lex sed lex.

 

Dégâts collatéraux

L’énervement a atteint le paroxysme au sein de la majorité présidentielle, d’où le lynchage médiatique sans précédent à l’égard de monsieur Kengo, Président du Sénat, deuxième personnalité de l’Etat congolais. Que l’on aime ou pas, Monsieur Léon kengo, en disant non à la révision constitutionnelle, a posé un acte patriotique salutaire pour le Congo. Dans sa plaidoirie “pro populus”, il a retrouvé sa marque d’ancien procureur général de la république que seul Marcus Tulius Cicero (Cicéron), de l’empire romain antique, connaissait le secret dans les 4 catilinaires, pro Murena etc… Oui, il a répondu à l’attente du peuple. Toute personne qui apporte sa pierre à la construction de notre édifice commun qu’est le Congo, doit être prise en considération. La deuxième personnalité de la république a lancé une missile balistique à courte portée qui a occasionné des dégâts collatéraux incommensurables notamment la déstabilisation du noyau stratégique du pouvoir kabiliste corollairement le retard de la “sortie annoncée imminente depuis 12 mois” du gouvernement de l’incohérence nationale. Un discours qui restera dans les annales de la république par sa haute importance. Bien accueilli par le peuple congolais ,et bien capté par la communauté internationale représentée au sein de l’hémicycle par le corps diplomatique, on parlera de ce discours assimilé à l’arme de destruction massive jusqu’à l’aube de 2016. J’applaudis le courage car il a rejoint le camp du peule dont Monsieur George Alula représente.

Le Congo débout?

Qui a dit que le Congo était débout? Décidément, Kabila n’arrête pas d’insulter le peuple congolais. Il a eu l’audace de dire à la face du monde que le Congo est maintenant débout. Ce Monsieur ne comprend pas les exigences de ses responsabilités. Dans un pays où le PIB/habitant est de l’ordre de moins de 100 dollars, et qu’il n’y aucune perspective d’industrialisation, on lui met en bouche une telle récitation. Je suis abasourdi mais cela renforce encore plus et davantage la détermination des congolais.

Quid de l’offense au peuple congolais?

Offense au chef de l’Etat à la mode!!! Quid de l’offense au peuple congolais? Au Congo, le pays dit démocratique, le champs d’application de la liberté d’expression est strictement limité par le mécanisme judiciaire de l’offense au chef de l’Etat.
L’on ne parle pas assez de l’offense au peuple congolais. Une énième offense au peuple congolais vient de s’ajouter sur la liste non exhaustive mais les auteurs de ce forfait ne sont pas inquiétés. Boshab et Kin-Kiey Mulumba doivent être radiés du corps professoral pour avoir trahi la rigueur scientifique, mais aussi, et surtout, pour avoir offensé le peuple congolais en traitant les 70 millions de congolais de nul et d’incapable de se prendre en charge CAR SEUL KABILA a les capacités tant psychiques qu’intellectuelles suffisantes pour diriger le Congo. C’est une injure de premier degré que subit le congolais dans son ensemble.
Le peuple congolais, qui se bat pour sa liberté, ne laissera pas ce pouvoir conservateur kabiliste de continuer à bafouer sa dignité. Le peuple congolais se mettra sur la route de tous ceux qui vont à l’encontre de sa volonté et de porter atteinte à sa dignité.