Encore une distraction du pouvoir en place

Encore une manoeuvre dilatoire du pouvoir pour distraire le peuple. Le pouvoir aux abois appelle l’opposition à un dialogue franc pour construire le pays ensemble.
A chaque fois que les enjeux tant nationaux qu’internationaux leur sont défavorables, le pouvoir kabiliste se sentant en difficulté, se rappelle qu’il faut rassembler, mais une fois la tempête passée, il perdure dans son schéma totalitaire.
Je sais que le fil conducteur en politique, c’est le dialogue permanent. Toute ouverture allant dans le sens de rassemblement de toutes les énergies mérite une attention particulière et doit être saluée. En ce qui concerne l’appel actuel, j’estime qu’il est incommode en politique d’utiliser certaines stratégies pour vernir une certaine ligne politique truffée des tromperies car il y a eu des opportunités pouvant amener le pouvoir et l’opposition à opérer un dialogue franc et sincère notamment par les accords d’Addis-Abeba qui recommandaient un dialogue inclusif entre les congolais, mais cela n’a pas été suivi  par le pouvoir en place . Il y a dix mois, le même pouvoir avait organisé un forum appelé la concertation nationale” une sorte de conférence nationale en light” qui avait arrêté 600 résolutions mais malheureusement ces dernières restent sans effet. Chers compatriotes, aucune résolution n’a été appliquée sauf certains arrangements favorables à l’intégration des éléments de M23 dans l’environnement politico-militaire au Congo. Je me pose la question suivante: A quoi joue le pouvoir?
C’est très étonnant que présentement le pouvoir manifeste la volonté subite de construire le pays avec l’opposition. Mais cette assertion ne devait pas se dire dans un cadre de fonctionnement normal des institutions d’autant plus que l’opposition interne participe déjà à la construction de l’édifice national par son intégration dans le méandre de fonctionnement des institutions de la république, à moins que je comprenne mal la portée de cette déclaration. Si construire le pays signifie participer au gouvernement alors c’est donner les béquilles à ce régime agonisant. Je pense sincèrement que l’opposition ne tombera pas dans ce piège. Deux ans nous séparent des élections, il faut laisser kabila et son entourage finir les 5 chantiers ( électrification du milieu rural, l’accès aux soins de santé pour tous, l’autosuffisance alimentaire….). L’opposition a l’obligation morale de s’abstenir de participer à la messe qui s’annonce pour le partage de pouvoir et de surcroît du gâteau. Participer à ce festin de saucissonner les deniers publics signifierait aussi contribuer à prolonger la durée de vie de ce pouvoir. Il n’en est pas question car le peuple n’en veut pas.